Accueil du site > Biographie > Repères chronologiques

Repères chronologiques


1913. Naissance à Malines, le 22 janvier. Père ingénieur. Grand-père maternel avocat, échevin puis bourgmestre de Louvain.

1914. Assiste à l’âge de 18 mois à l’incendie de Louvain lors de l’invasion allemande.

1919-1932. Études au collège Saint-Josse, puis au collège Saint-Louis à Bruxelles. Se passionne pour le sport et la littérature.

1932-1939. Études de droit aux Facultés Saint-Louis, puis à l’Université de Louvain. Collabore à divers journaux et revues avant de devenir, avec André Molitor, secrétaire de rédaction de La Cité Chrétienne. Avocat au barreau de Bruxelles en 1936, il épouse Mary Kosireff dont il aura trois fils. Rencontre l’Abbé Leclercq, Raymond De Becker, Paul Delvaux, Théo Léger, Jacques Maritain, Emmanuel Mounier, Charles Plisnier…

1939-1945. Mobilisé en 1939 comme officier de réserve, il participe en 1940 à la campagne des 18 jours. La capitulation de l’armée belge provoque en lui un sentiment d’humiliation. Il fonde en 1940 le Service des Volontaires du Travail Wallon, qu’il quitte en 1943 pour rejoindre la Résistance dans les Ardennes, puis à Londres.

1945. Commence à travailler dans le monde de l’édition. Rencontre André Gide, Albert Camus, Dominique Aury, se lie d’amitié avec Jean Amrouche, Jean Denoël, Jean Tordeur et Jean Sigrid, entre autres.

1947-1950. Psychanalyse avec Blanche Reverchon, la « Sybille », qui lui indique que l’écriture est « sa véritable voie ». Origine d’une amitié avec Blanche et son mari, le poète Pierre Jean Jouve.

1951. Dirige à Gstaad l’Institut Montesano, où il se réserve les cours de littérature et d’histoire de l’art. Durant ces années en Suisse, il rencontre Ernst Jünger, Eugène Ionesco, Philippe Jaccottet, Francis Ponge, le peintre Olivier Picard et le sculpteur Elisabeth de Wée. Nombreux séjours à Venise et à Florence chez le peintre Suzanne Van Damme.

1953. Épouse en secondes noces Laure Tirtiaux.

1954-1955. Rédaction de Gengis Khan, première pièce publiée en 1960 et montée l’année suivante aux Arènes de Lutèce par Ariane Mnouchkine.

1958. Géologie, premier recueil, obtient le Prix Max Jacob.

1962. Dessine, surtout de 1968 à 1975, tout en poursuivant son œuvre littéraire.

1964. L’Escalier bleu, poèmes.

1965-1968. Analyse didactique avec Conrad Stein. Rencontre Jacques Lacan et Jacques Derrida.

1966. La Déchirure, premier roman, et La Pierre sans chagrin, poèmes du Thoronet, recueil illustré par des photographies de Franco Vercelotti.

1969. La Machination, seconde pièce de théâtre, rééditée sous le titre La Reine en amont.

1972-1974. Le Régiment noir, roman. La Mer est proche, poèmes inspirés de tableaux de Paul Delvaux. Invité par Flammarion à rédiger une biographie, Bauchau envisage de travailler sur Cézanne avant d’opter pour Mao. La Chine intérieure, poèmes.

1975. Suite à la fermeture de l’Institut Montesano, travaille au Centre psychopédagogique de la Grange-Batelière à Paris. Le manque de temps le contraint à renoncer au dessin, mais il pratique l’art-thérapie avec ses patients. Initiation à la sculpture dans l’atelier de Dino Quartana.

1979. La sourde oreille ou le rêve de Freud, long poème narratif republié avec des dessins d’Hortense Damiron et de Lionel D. en 1981.

1982. Essai sur la vie de Mao Zedong. Est nommé chargé de cours à l’Université de Paris VII : son enseignement porte sur les rapports de l’art et de la psychanalyse.

1986. Réédition chez Actes Sud de l’ensemble de l’œuvre poétique avec le nouveau recueil Les deux Antigone.

1987. À l’invitation du Professeur Michel Otten, donne dans le cadre de la Chaire de poétique de l’UCL quatre conférences publiées sous le titre L’écriture et la circonstance.

1990. Œdipe sur la route, roman.

1991. Entrée à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique au fauteuil de Robert Vivier. Diotime et les lions, récit.

1992. Jour après jour. Journal 1983-1989. À partir de cette date, publie régulièrement ses journaux, qui témoignent du travail d’élaboration de l’œuvre.

1997. Le roman Antigone remporte un vif succès auprès du public.

1999. Publication du Journal d’Antigone (1989-1997).

2000. Publication du recueil poétique Exercice du matin.

2001. Réédition du Théâtre complet, y compris l’adaptation du Prométhée enchaîné d’Eschyle (1998).

2002. Passage de la Bonne-Graine. Journal (1997-2001).

2003. L’opéra Œdipe sur la route (musique de P. Bartholomée et livret d’H. Bauchau) est joué en première mondiale au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. Jour après Jour. Journal d’Œdipe sur la route (1983-1989). Petite suite au 11 septembre, suivi de Mandala pour un poème, poésie.

2004. L’Enfant bleu, roman.

2005. En Noir et blanc, recueil de nouvelles illustré par Lionel D. La grande Muraille. Journal de La Déchirure (1960-1965), journal.

2006. Nous ne sommes pas séparés, poésie.

2007. Le Présent d’incertitude. Journal 2002-2005.

2008. Le Boulevard périphérique, roman. L’Atelier spirituel, textes et dessins. L’opéra La Lumière Antigone (musique de P. Bartholomée et livret d’H. Bauchau) est créé en avril au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles.

2009. Édition revue et augmentée de l’ensemble de l’œuvre poétique chez Actes Sud. Les Années difficiles. Journal 1972-1983.

2010. Déluge, roman.

2011. Dialogue avec les montagnes. Journal du Régiment noir (1968-1971). L’enfant rieur, récit. Tentatives de louange, poésie.

2012. Décès à Louveciennes, le 21 septembre. Pierre et Blanche. Souvenirs sur Pierre Jean Jouve et Blanche Reverchon.

2013. Chemin sous la neige (L’Enfant rieur vol. 2), récit posthume.


Le fonds Henry Bauchau dépend de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université catholique de Louvain
1, place Blaise Pascal, 1348 Louvain-la-Neuve (Belgique) - tél. +32 (0)10 47 91 90 - fax +32 (0)10 47 25 79 - dernière mise à jour le 28 novembre 2016